Consommation de cannabis chez les seniors

Publié le

De plus en plus de seniors* déclarent consommer du cannabis. Souvent, ce sont des raisons médicales qui sont au premier plan.

Si en 2015, environ 2,4% des seniors* aux Etats-Unis consommaient encore du cannabis, ce chiffre a fortement augmenté en quelques années. En 2018, 4,2% des personnes interrogées ont déjà déclaré consommer du cannabis. [1] Cette augmentation correspond à une tendance que l’on constate depuis quelques années déjà. [2]

Pourquoi les seniors veulent-ils du cannabis ?

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles les personnes âgées consomment du cannabis. L’un d’entre eux est l’acceptation croissante par la société. De plus en plus de personnes sont d’avis que les avantages médicaux du cannabis devraient au moins être mieux étudiés, alors que les doutes sont actuellement plutôt en recul. [3] Il en résulte que les seniors* peuvent consommer du cannabis en toute bonne conscience, parfois même comme simple produit d’agrément.

Les choses bougent également au niveau politique : ainsi, une modification de la loi est entrée en vigueur cet été en Suisse, rendant le cannabis plus facilement accessible en tant que médicament.

Utilisation médicale du cannabis

Enfin, c’est surtout l’usage médical qui est en ligne de mire : de nombreux consommateurs* âgés déclarent prendre du cannabis à des fins médicales. Comme les problèmes tels que les douleurs chroniques sont plus fréquents avec l’âge, il est évident que de nombreux seniors* – dans l’espoir de devoir supporter le moins possible d’effets secondaires désagréables – sont intéressés par la médecine au cannabis.[4]

Outre les changements sociaux et politiques, les découvertes scientifiques entraînent également une augmentation de l’utilisation médicale du cannabis. Par exemple, le « Journal of Clinical Medicine » a publié en 2019 une étude qui a démontré une grande efficacité du cannabis avec peu de risques.
Il existe également des études menées en Europe, comme par exemple cette étude de 2018 qui conclut que l’utilisation de produits à base de cannabis médical chez les seniors* est sûre et efficace.

Néanmoins, comme dans de nombreux autres domaines, il faut absolument davantage d’études probantes pour les seniors* et les applications médicales. D’ici là, de nombreux médecins* et le personnel des pharmacies sont limités dans leur capacité à recommander des produits à base de cannabis médical.

Modification de la loi concernant les médicaments à base de cannabis

Publié le

Après que le Conseil des Etats a adopté à l’unanimité début mars un projet de modification de la loi sur les stupéfiants (LStup) concernant les médicaments à base de cannabis, le projet a passé le cap du Conseil national de manière relativement incontestée. Cette modification de la loi devrait enfin faciliter l’accès aux médicaments à base de cannabis.

Jusqu’à présent, les médecins devaient demander une autorisation spéciale à l’OFSP pour prescrire des produits à base de cannabis médical à leurs patients. Cette étape intermédiaire bureaucratique était excessivement lourde, tant pour les cabinets médicaux que pour l’OFSP, qui devait traiter près de 3000 demandes d' »exception » pour la seule année 2019. Comme de nombreux médecins craignent, et c’est bien compréhensible, de faire cet effort, la réglementation actuelle a un effet retardateur, voire même empêcheur, sur l’accès à des médicaments utiles à base de cannabis.

La révision doit maintenant faciliter grandement cet accès. Les médicaments à base de cannabis peuvent désormais être prescrits sans autorisation exceptionnelle, ce qui garantit enfin la liberté thérapeutique. Les produits de cannabis médical sont désormais soumis au contrôle de Swissmedic, comme c’est normalement le cas pour les produits médicaux.

Pour le cannabis non médical, l’adoption de ce projet de loi n’a rien changé. Au-delà de la valeur symbolique que représente chaque pas urgent vers une législation plus cohérente, la réglementation offre néanmoins de nouvelles possibilités pour une entreprise qui produit et distribue des produits à base de chanvre : l’exportation commerciale de produits à base de cannabis médical doit désormais être autorisée et, parallèlement, la législation sur les semences et les plants doit être adaptée afin de permettre la culture de chanvre médical à grande échelle.

En tant qu’entreprise du secteur du cannabis (et membre d ‘IG-Hanf), nous nous réjouissons que la situation juridique et politique évolue désormais positivement en Suisse également, l’UE ayant avancé ces derniers mois à des pas parfois inhabituellement grands.

Gauche :
Blogpost IG Chanvre
Office fédéral de la santépublique

Culture légale et distribution simplifiée de médicaments à base de cannabis

Publié le

Lors du vote final de la session de printemps 2021, le Conseil national et le Conseil des Etats ont approuvé l’objet 20.060 relatif à une modification de la loi sur les stupéfiants. Celle-ci prévoit que la culture et la prescription médicale de chanvre médical pourront à l’avenir être prescrites sans autorisation exceptionnelle de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). Le délai référendaire court à présent. Le Conseil fédéral doit maintenant adapter l’ordonnance et fixer la date d’entrée en vigueur.

Cette étape ne se fera pas du jour au lendemain, mais la voie est tracée et prévisible. Les discussions sur la couverture des médicaments à base de cannabis par les caisses d’assurance maladie vont maintenant suivre dans les années à venir – car tant qu’ils ne seront pas couverts, peu de gens pourront sans doute s’offrir ces remèdes.

Gauche :
Loi sur les stupéfiants. Modification (médicaments à base de cannabis) (parlament.ch)
Chanvre médical (hanflegal.ch)